DIY n° 2 : LES VAPOS

Un grand classique qui mérite que l’on s’y intéresse à nouveau : le vaporisateur est un outil fabuleux qui permettra à vos caprices parfumés de prendre corps, à vos invasions d’insectes d’être jugulées, etc. Le principe est le même pour toutes les applications qui suivent : dans un flacon vaporisateur de 30 ml, placez 20 gouttes d’huiles essentielles selon les proportions que vous choisirez. Complétez avec de l’alcool à 60°, disponible en pharmacie. Ne pas vaporiser sur la peau mais dans l’atmosphère, sur un tissu ou sur la surface à traiter en évitant plastique, vernis, peinture. Pour certaines formules vous pourrez utiliser du vinaigre blanc ou de cidre ou bien de l’eau tiède, mais dans ce dernier cas vous devrez agiter très fortement le flacon avant chaque vaporisation.

1 : Brume d’humeur. Les huiles essentielles agissent entre autres sur l’état d’esprit, et sont un merveilleux moyen d’influencer notre humeur. L’olfactothérapie explore depuis des millénaires cette faculté de la Lavande de calmer nos angoisses, du Néroli de favoriser le sommeil, de l’Ylang Ylang d’effacer le stress… en alliant efficacité et plaisir. L’influence d’une huile essentielle sur nos émotions dépend aussi du vécu et de nos récepteurs aux odeurs. Chacun doit donc expérimenter celles qui seront les plus efficaces une par une, en respirant simplement à l’embouchure du flacon et en se laissant guider par ses impressions. Ensuite les mélanges seront possibles, par exemple : Lavande vraie/ Ylang Ylang/ Géranium rosat, ou Petit grain bigarade/ Néroli/ Rose… Vaporisez sur cache-nez, mouchoir, oreiller, abat-jour. Inspirez profondément quand vous en ressentez le besoin, observez le résultat sur vos émotions… Et trouvez votre meilleur mélange. À éviter pour les enfants en raison de la teneur en alcool, vous pourrez le remplacer par des hydrolats aromatiques.

2 : Lingerie d’antan. Les armoires de nos grands mères débordaient de linge parfumé. À la fois pour repousser les mites et pour le plaisir de déplier un drap fleurant bon la Lavande ou l’Armoise, glissées entre les piles en petits fagots odorants. Vous pouvez retrouver ces parfums ou en créer d’autres à partir d’huiles essentielles répulsives comme le Géranium rosat, la Lavande vraie, le Cèdre de l’Atlas. Vaporisez sur les rebords d’étagères, dans les angles des armoires et placards.

3 : Voyager sans nausées. Éviter le mal des transports tout en parfumant agréablement la voiture, c’est possible avec les huiles essentielles de Gingembre, Citron, Menthe poivrée (pas plus de 5 gouttes de Menthe). Ne pas vaporiser sur les parties en plastique qui risquent d’être dépolies. En bateau, avion, train, emmenez votre foulard imprégné, respirez calmement en le maintenant sur le nez… avant de ressentir les premières nausées.

4 : Contre les petites bêtes. Pour les insectes rampants, remplacez l’alcool par du vinaigre blanc, mélangez des huiles essentielles de Géranium rosat, Cannelle de Ceylan, Menthe poivrée, à pulvériser dans les recoins de pièces et de placards. Pour les insectes volants, Géranium rosat, Citronnelle, Menthe poivrée, à vaporiser sur les rebords de fenêtres, les rideaux, les luminaires éteints. Pour les acariens, vaporisez sur votre matelas et oreiller un mélange à base d’Eucalyptus citronné, Tea tree, Pin sylvestre et Eucalyptus globulus. Vous retrouverez des formules pour vos animaux dans l’article « La saison des tiques ». Ces huiles essentielles sont de bons répulsifs au jardin également, à appliquer sur le rebord des pots. Pour une utilisation directement sur les plantes, il faudra utiliser un lait d’argile. Cela fera l’objet d’un article prochainement.

La liste est longue des utilisations du vaporisateur, laissez libre cours à votre imagination en respectant les précautions d’emploi des huiles essentielles !

 

Christine Hanras, Docteur en Pharmacie.