LA GALE

Voilà une parasitose peu connue, et pourtant bien présente, en recrudescence dans les pays occidentaux depuis les années 2000. Associée dans les esprits à une hygiène déplorable, elle est stigmatisante, d’où l’expression populaire : « j’ai pas la gale », mais elle compte plus de 300 millions de cas dans le monde. La gale est très contagieuse par contact direct, intime et prolongé, favorisée par la promiscuité, mais peut aussi se contracter sur la plage, à la piscine, par le prêt de vêtements… tout le monde peut l’attraper, mais c’est une affection sans gravité, sauf en cas de déficit immunitaire. La gale de certains animaux, comme le chien, peut se transmettre à l’homme, mais c’est une impasse parasitaire : la personne infectée ne pourra pas transmettre le parasite.

Le parasite est chez l’homme le sarcopte de la gale, Sarcoptes scabiei hominis, c’est un acarien qui vit dans la couche cornée de la peau et trace des sillons en forme de virgule, où la femelle pond ses œufs. De ces derniers éclosent des larves qui ensuite se transforment en nymphes, et au bout de 15 jours les jeunes adultes remontent au niveau de la surface, s’accouplent, et les femelles vont sous la peau pour pondre ou trouvent un autre hôte. Le sarcopte ne survit que quelques jours dans l’environnement.

Au bout d’un mois les démangeaisons sont intenses, surtout la nuit, elles sont dues aux déjections et aux œufs déposées dans les sillons, provoquant une réaction allergique. Les parties les plus touchées sont les plis, doigts, poignets, aisselles, ceinture, mamelons, etc. Chez les bébés la paume des mains et la plante des pieds est atteinte mais pas chez les adultes.

Les traitements classiques sont virulents et présentent de nombreux effets secondaires, dont des atteintes neurologiques, et les huiles essentielles en première intention sont une bonne approche. Tous les proches devront être traités, et le linge lavé à plus de 60°C. L’environnement devra être désinfecté.

Après consultation et avec l’accord de votre médecin, vous pourrez utiliser ces huiles essentielles pour éliminer les parasites, éviter les surinfections et calmer le prurit, après un bain ou une douche pour exfolier la peau et renforcer l’efficacité du traitement :

tea tree– L’huile essentielle de Tea tree va paralyser les sarcoptes et éviter les surinfections. Elle s’utilise pure sur les sillons, pour les adultes seulement. 3 gouttes sur chaque zone infestée, étaler, laisser pénétrer. Vous pouvez également préparer un bain avec 20 gouttes d’huile essentielle de Tea tree diluées dans un savon liquide, puis verser dans le bain. Restez immergé 20 minutes au moins. On peut l’utiliser en prévention en diluant 5 gouttes dans un gel douche.

girofle– L’huile essentielle de Girofle tue les parasites. Elle s’utilise diluée à 5% dans une huile occlusive, par exemple du beurre de Karité, à appliquer le soir après l’application de Tea tree, et à répéter 3 jours de suite. Cette huile essentielle est irritante, il ne faut pas l’appliquer sur les muqueuses. Faites un test d’allergie avant l’application.

lavande aspic– L’huile essentielle de Lavande aspic calmera le prurit, appliquée pure sur les lésions, 1 seule goutte à étaler 3 fois par jour.

Ce traitement devra être renouvelé une semaine après, sous contrôle médical.

N’hésitez pas à consulter rapidement en cas de démangeaisons persistantes, les zones à traiter seront moins étendues et nécessiteront moins d’huiles essentielles qui ne sont pas un traitement bénin !

 

Christine Hanras, Docteur en Pharmacie.